Maka Hannya Haramita Shingyô

Kan ji zai bo satsu Gyo jin han-nya ha ra mi ta ji Sho ken go on kai ku Do is-sai ku yaku Sha ri shi Shiki fu i ku Ku fu i shiki Shiki soku ze ku Ku soku ze shiki Ju so gyo shiki Yaku bu nyo ze Sha ri shi Ze sho ho ku so Fu sho fu metsu Fu ku fu jo Fu zo fu gen Ze ko ku chu Mu shiki mu ju so gyo shiki Mu gen ni bi zes-shin ni Mu shiki sho ko mi soku ho Mu gen kai nai shi mu i shiki kai Mu mu myo yaku mu mu myo jin Nai shi mu ro shi. Yaku mu ro shi jin Mu ku shu metsu do Mu chi yaku mu toku I mu sho toku ko Bo dai sat-ta E han-nya ha ra mi ta ko Shin mu kei ge mu kei ge ko Mu u ku fu On ri is-sai ten do mu so Ku gyo ne han San ze sho butsu E han-nya ha ra mi ta ko Toku a noku ta ra san myaku san bo dai Ko chi han-nya ha ra mi ta Ze dai jin shu Ze dai myo shu Ze mu jo shu Ze mu to do shu No jo is-sai ku Shin jitsu fu ko Ko setsu han-nya ha ra mi ta shu Soku setsu shu watsu

Gya tei gya tei Ha ra gya tei
Hara so gya tei Bo ji sowa ka

Han-nya shin gyo

NB. à la fin de l’Hannya Shingyo est chanté le Shigu seigan mon, l’eko (dédicace) puis le Ji hô san shi.

« A capella »

Essence du Sutra de la Grande sagesse qui permet d’aller au-delà

Le bodhisattva Avalokitesvara[1], par sa pratique profonde de la Grande Sagesse, observe et comprend que les cinq skandha[2] ne sont que vacuité – ku – et par cette compréhension, il aide et sauve tous ceux qui souffrent.

Sariputra, les phénomènes (shiki) ne sont pas différents du vide (ku) et le vide n’est pas différent des phénomènes.
Shiki lui-même est ku, ku lui-même est shiki. Il en est ainsi de la forme, de la sensation, de la perception, des formations mentales et de la conscience.

Sariputra, toutes les existences ont l’aspect de ku. Elles sont sans naissance ni extinction, ni pures ni souillées, elles n’augmentent ni ne diminuent.

Donc dans ku, il n’y a ni forme, ni sensation, ni perception, ni formation mentale, ni conscience ; ni œil, ni oreille, ni nez, ni langue, ni corps, ni conscience.
Il n’y a ni couleur, ni son, ni odeur, ni goût, ni toucher, ni pensée.
Donc dans ku n’existe pas de domaine des sens.

Il n’y a ni ignorance ni cessation de l’ignorance, ni illusion ni cessation de l’illusion. Il n’y a ni dégénérescence et mort ni cessation de la dégénérescence et de la mort. Il n’y a ni sagesse, ni profit, ni non profit.

Pour le bodhisattva, grâce à cette sagesse (hannya) qui conduit au-delà, l’esprit sans obstacle ne connaît pas la peur, et toute illusion, tout attachement sont éloignés.
Il peut parvenir à l’ultime fin, le Nirvana.

Tous les bouddhas du passé, du présent et du futur, pratiquent la Grande Sagesse et ainsi atteignent le plus parfait éveil. Donc, nous devons comprendre qu’Hannya haramita est le grand mantra brillant et lumineux.
Le plus élevé de tous les mantra qui ne peut être comparé.
Sa force coupe toutes les souffrances.
C’est le vrai mantra.

Par lui il est possible d’atteindre l’essence de toute vérité :

“Aller, aller, aller ensemble au-delà du par-delà, Jusqu’à l’accomplissement total de la voie[3].”

  1. [1] Le bodhisattva de la vraie liberté et de la compassion.
  2. [2] Forme, sensation, perception, formations mentales, conscience.
  3. [3] Satori, nirvana.
Ce contenu a été publié dans Enseignements zen à Lyon, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.